Animals, « Lifeways » and « Lifeworlds » dans l’archéologie Yup’ik

Liste des projets
 

Animals, « Lifeways » and « Lifeworlds » dans l’archéologie Yup’ik

  • Presentation
Animals, « Lifeways » and « Lifeworlds » dans l’archéologie Yup’ik

Projet franco-britannique développé en partenariat avec le programme Care for the Future, du Arts & Humanities Research Council (Royaume-Uni)

 

Animals, « Lifeways » and « Lifeworlds » dans l’archéologie Yup’ik : subsistance, technologies et communautés en changement

Le projet s’inscrit dans la volonté de conjuguer les savoirs académiques et les savoirs autochtones pour comprendre le passé. Il implique fortement la communauté Yup’ik (Alaska). Il a pour objectifs de « mieux comprendre le rôle des animaux sauvages dans l’alimentation, la technologie, la société et la culture Yup’ik, et de mieux connaître les structures sociales et les pratiques entourant l’acquisition et la consommation de l’alimentation carnée dans le monde Yup’ik précontact ». Par cette recherche, il s’agit aussi « d’explorer les synergies entre passé et présent via des ateliers communautaires où seront étudiés les artéfacts liés aux modes alimentaires ». Le projet utilisera l’archéologie expérimentale dans les communautés Yup’ik, notamment la réplique de types d’artisanats ‘perdus’ comme le travail de l’os. « Cette culture matérielle - d’origine archéologique et expérimentale - servira de vecteur de communication pour aborder les changements environnementaux et sociétaux passés et présents, tout en promouvant les échanges de connaissances entre générations ainsi que le dialogue entre chercheurs et détenteurs de la culture, enrichissant ainsi la recherche scientifique et le bien-être de la communauté. » La combinaison des recherches avec les savoirs traditionnels et les connaissances écologiques des Yup’ik consolidera les interprétations archéologiques, en explorant ce passé dynamique, et renforcera la capacité de ces communautés à s’adapter aux changements actuels.

Responsables du projet :
Isabelle SIDÉRA, Directeur de recherche CNRS, Préhistoire et Technologie
Kate BRITTON, University of Aberdeen

Partenaires franco-britanniques porteurs du projet
Préhistoire et Technologie
University of Aberdeen

Autres partenaires associés
Qanirtuuq Incorporated
University of Copenhagen

Durée : 24 mois