Halbwachs aurait-il été cognitiviste?

Liste des projets

Les effets de la médiation de l’histoire

Halbwachs aurait-il été cognitiviste?

  • Presentation
Halbwachs aurait-il été cognitiviste?
Les cadres sociaux de la Mémoire, éd 1925. © BnF/Gallica.fr

La montée en puissance des références aux sciences cognitives, voire aux neurosciences, en sciences sociales interpelle directement les spécialistes de la mémoire appréhendée à l’échelle du social et du collectif. À cet égard, le projet a une visée explicitement critique. Si l’on veut bien admettre que des mécanismes psychiques naturels sont à l’œuvre dans l’appréhension et la construction des phénomènes sociaux, il est sans doute difficile, en raison de la plasticité des êtres sociaux, de considérer que les interactions sociales, les statuts sociaux ou les croyances collectives n’ont pas d’effet sur la manière dont travaillent de tels mécanismes.

L’objectif des travaux est double. D’une part, il s’agira de revenir sur la théorie de la « mémoire collective » telle qu’elle a été élaborée par Maurice Halbwachs, entre rencontres et controverses avec l’histoire, la philosophie, l’anthropologie, la psychologie et la physio-psychologie. D’autre part, il s’agira de faire un bilan, dans le contexte contemporain, des positions et arguments qui tentent de fonder la « mémoire » comme objet transversal.

Responsables du projet
Marie-Claire LAVABRE, directeur de recherche CNRS, directeur de l’Institut des sciences sociales du politique (ISP)
En co-organisation avec Christian LAZZERI, professeur des universités (philosophie), Université Paris Ouest, directeur du laboratoire Sociologie, philosophie, et socio-anthropologie politiques (SOPHIAPOL)

Partenaire au sein du labex
Institut des sciences sociales du politique (ISP)

Autre partenaire associé
Sociologie, Philosophie, et Socio-Anthropologie politiques (SOPHIAPOL), EA 3932 – Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Durée : 1 an