Musiques et politiques mémorielles : émergence, histoire, appropriations

Liste des projets

Les formes de représentation à toutes les époques

Musiques et politiques mémorielles : émergence, histoire, appropriations

  • Presentation
Musiques et politiques mémorielles : émergence, histoire, appropriations
Couverture de disque de "Folk music", Kerala (Inde). Photo: Christine Guillebaud

Chercher à reconstruire les musiques du passé et leur histoire est une préoccupation ancienne. Depuis le XIXe siècle, l’imaginaire orientaliste a considérablement alimenté l’idée de l’existence de musiques « originelles ». Qu’il s’agisse de musiques « pharaonique », « arabe » ou « hindoue », une même référence au passé, vu comme prestigieux et immuable, a contribué à rationaliser les savoirs musicaux sur la base de filiations construites. Si la période orientaliste est désormais bien documentée, peu de travaux se sont intéressés au volet proprement musical des constructions mémorielles à partir du début du XXe siècle. Durant cette période marquée par l’émergence des politiques nationalistes, de nouvelles filiations supposées au passé se font jour. En différents pays du Monde, elles servent les constructions identitaires qui visent à inscrire des patrimoines artistiques locaux dans la « glorieuse » Nation, pour être à nouveau redéfinies ces dernières décennies dans le cadre de politiques patrimoniales initiées par le marché privé du disque et de la diffusion numérisée des musiques.
Le présent projet vise à comprendre les processus par lesquels des musiques locales (Inde, Asie du Sud-est, Moyen-Orient, Europe) ont été tour à tour réinventées dans leur lien au passé et comment ce dernier a induit un changement radical de leur statut au sein des sociétés étudiées. Pour ce faire, le projet s’appuie sur des ethnographies des politiques nationales des années 30 jusqu’aux politiques privées du début XXIe, ainsi que sur leurs implications respectives sur les pratiques musicales concernées.

Responsable du projet
Christine Guillebaud, Chargée de Recherche au CNRS, Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative (LESC, UMR 7186, CNRS – Université Paris Ouest), Centre de recherches en ethnomusicologie (CREM)

Partenaires au sein du labex
Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative (LESC, UMR 7186, CNRS – Université Paris Ouest), Centre de recherches en ethnomusicologie (CREM)
Musée du quai Branly, service de la médiathèque ; département de la recherche et de l’enseignement

Autres Partenaires
Instituto de Etnomusicologia (INET), Universidade Nova de Lisboa, Portugal
Musée d’Ethnographie du Viet Nam de Hanoï

Durée : 3 ans